L'Intelligence Artificielle versus cerveau humain

S’informer pour avoir une longueur d’avance

 

L’irruption de l’intelligence artificielle dans tous les domaines de la vie y compris au cabinet d’orthodontie fait naitre des interrogations tout à fait légitimes sur la rôle et la place du spécialiste en orthodontie dans les projets de soins.

 

La programmation algorithmique très sophistiquée, assistée par ordinateur, mais basée uniquement sur des calculs statistiques et combinatoires à partir de données fournies, permet certes, d’imiter le comportement humain, mais ne permet pas pour autant aux machines de penser et encore moins d’entrer en relation !

 

Face à cette intelligence artificielle, il y a l’intelligence humaine, basée dans le cerveau – organe et système vivant, à la fois prodigieux, étrange, merveilleux, mystérieux et infiniment complexe avec ses connexions dynamiques en constante évolution ; siège d’activités, tels : la prise de décision, l’élaboration de la motivation, l’imagination, la planification, le raisonnement, la créativité, les interactions sociales… lui permettant  de percevoir, penser, agir.

Le saviez-vous ?

 

Les machines sont inefficaces dans « la gestion » des incertitudes, des exceptions et des éléments nouveaux. Elles s’avèrent incapables d’inventer des solutions faces à des situations imprévues et n’ont aucune faculté d’écoute.

 

La supposée « objectivité » des machines est en réalité une belle tromperie.

 

En effet, un résultat produit par une machine (quel que soit le domaine) – pouvant être considérée comme une vérité incontestable – est tout simplement déterminée par des choix de son concepteur (paramétrages, filtrages, types des données fournies, etc.).

 

Le développement frénétique des algorithmes peut affecter des composantes de l’identité et de la dignité de l’être humain : sa liberté et sa responsabilité.

 

« L’intelligence artificielle est le grand mythe de notre temps ». (1)

 

Si les machines, grâce à une programmation sophistiquée mais finie, sont capables d’imiter le comportement humain, elles ne sont pas capables de « penser ». Elles ont une intelligence calculatoire qui leur est donnée par leurs inventeurs alors que les humains possèdent d’autres formes d’intelligence : rationnelle, émotionnelle, artistique, relationnelle, faite pour la vérité, etc., qui vont au-delà des calculs combinatoires les plus sophistiqués.

 

Sachant cela, ne confions pas à des machines notre santé, notre sourire, notre bien-être, nos relations, notre vie ! Ne nous laissons-nous pas manipuler par les machines !

 

(1) Comment permettre à l’homme de garder la main ? Rapport de la CNIL, publié le 15 décembre 2017